L'eau minérale naturelle de Plancoët

Contrairement à ce que racontent les mauvaises langues, en Bretagne, on ne produit pas que du cidre, du chouchen, du pommeau, du lambig, de la bière où même du Breizh Cola. Non ! On y embouteille également de l’eau minérale naturelle… et sans aucun nitrate en plus !!!

 

Alors qu’est-ce que l’eau minérale naturelle ?

J’imagine que tout le monde a déjà bu de l’eau en bouteille ? Si vous êtes vous déjà intéressé aux étiquettes, vous aurez sûrement remarqué qu’il en existe  deux catégories : l’eau de source et l’eau minérale naturelle…

Toutes deux sont captées dans des sources souterraines qui garantissent leur pureté originelle et les protègent de toute contamination microbienne ou de pollution : de ce côté-là il n’y a aucune différence ! En revanche, si l’eau de source n’est pas astreinte à une composition physico-chimique stable, celle de l’eau minérale naturelle, elle,  est invariablement la même. Et si ni l’une, ni l’autre, ne nuisent à la santé, forte de sa constance, de tests cliniques et pharmacologiques, l’eau minérale naturelle peut revendiquer des effets bénéfiques sur l’organisme (pour compenser certaines carences en minéraux ou participer au bon fonctionnement où de l’intestin par exemple…), pas l’eau de source…

Voilà pour la petite mise au point !

 

Et donc la terre Bretonne fournie l’une de ses eaux minérales naturelles, dans les Côtes d’Armor, aux confins du Penthièvre et du pays de Dinan, sur la petite commune de Plancoët qui lui a d’ailleurs donné son nom.

Découverte en 1906, c’est sous l’impulsion du docteur Jean-Marie Chambrin, alors maire de l’époque, que l’eau de Nazareth (ainsi s’appelait-elle à l’origine, en rapport au lieu-dit où elle jaillit… et c’est d’ailleurs sous la dénomination « eau de table de Nazareth » qu’elle sera proposée aux curistes de Dinard) a obtenu son statut privilégié en 1928. C’est d’ailleurs encore aujourd’hui la seule eau minérale naturelle Bretonne !!!

Conscient de sa préciosité, notre homme avait déjà pris des mesures drastiques en établissant un périmètre se protection  de 96 hectares interdisant toute activité agricole autour du tertre de Brandefert (un endroit ou la biodiversité est telle qu’on y trouve 795 espèces animales, soit plus de ¼  de celles rencontrées sur l’ensemble de la Bretagne), son principal bassin d’alimentation par lequel elle s’infiltre lentement, durant une dizaine d’années, parmi les roches fracturées et le sable. Après ce périple souterrain, elle est captée à 120 m de profondeur, à la verticale de la source Sassay.

C’est au cours des années 60 que l’entreprise passe de l’embouteillage artisanal à la production industrielle. En 1992, elle est rachetée par le Suisse Nestlé puis reprise par le groupe Ogeu en janvier 2014. Elle produit actuellement 50 millions de bouteilles par an. A titre indicatif, durant la même période il en sort 1,6 milliards de l’usine d’Evian…

Autant dire que l’eau minérale naturelle de Plancoët est destinée à un marché régional et… en ce qui me concerne, au même titre que le lait Ribot, le far aux pruneaux où le kouign-amann, c’est toujours un bonheur de la retrouver sur ma table lorsque je retourne en Bretagne !!!

Il faut d’ailleurs savoir que l’eau minérale naturelle de Plancoët adhère à l’association « Produit en Bretagne », vous savez, le fameux petit logo au phare… quant aux habitants de Plancoët, les Plancoëtins, ils peuvent se servir gracieusement (en tout cas à hauteur de 18 litres par jour… il y a de quoi voir venir !) au Griffon, la fontaine qui se trouve dans la toute première usine d’embouteillage et qui abrite également un musée dédié où l’on peut découvrir les appareils ayant jadis servit à la mise en bouteille ainsi qu’une rétrospective d’étiquettes, de packagings et de contenants anciens.

 Copyright © 2017-2019 – Arthur Le Roy / Le Cœur en Bretagne