Balade sur les plages Bretonnes

De part sa géographie extrêmement échancrée, et selon l’itinéraire que l’on suit – soit en coupant par l’estran en fonction des marées, soit en vagabondant le long du chemin des douaniers qui est réputé épouser au plus près la côte – il est très difficile d’avancer un chiffre concernant la longueur du littoral Breton. Je ne vous parlerai même pas du principe des fractales, élaboré en 1975 par Benoît Mandelbrot, justement en observant le découpage des côtes Bretonnes à différentes échelles…

Bref, en incluant les rivages insulaires, on parle au bas mot de 2730 kilomètres auxquels il faut ajouter les 130 kilomètres du département historique de la Loire-Atlantique. 

Quoi qu’il en soit, les côtes Bretonnes représentent 1/3 du littoral métropolitain Français. Sachant que quelque soit l’endroit ou vous vous trouvez dans la région, vous n’êtes jamais à plus de 100 kilomètres de la mer ou de l’océan. Je suis désolé, ça fait beaucoup de chiffres d’un seul coup mais c’est pour que vous appréhendiez bien le potentiel, le caractère, et même la vocation maritime de la Bretagne !

Tout ceci pour en venir à notre sujet du jour : les plages Bretonnes !!!

 

Et bien tout comme la longueur de côte, il est impossible de les dénombrer tant il y en a, officielles, officieuses ou improvisées. Ce qui est certain, c’est qu’en Bretagne, il y en a absolument pour tous les goûts : de la petite plage familiale abritée par la pinède jusqu’au prestigieux spot de surf au parfum de bout du monde, en passant par la petite crique intimiste et les vastes étendues sableuses où l’on peut se dorer la pilule tout en prenant un bon bain de foule ; des très sauvages, des plus urbaines et même des branchées…

Et oui ! Là où dans certaines régions de France et de Navarre, il faut parcourir des centaines de kilomètres pour bénéficier d’une telle diversité, d’un pareil luxe (osons le dire !), la Bretagne conjugue avec bonheur et alterne avec harmonie toute cette variété balnéaire.

Bien sûr, à cela, certains opposeront la pluie et la température de l’eau susceptibles de gâcher le plaisir…

Alors, là encore, il est temps de rétablir certaines vérités : oui, en Bretagne il pleut mais pas forcément tous les jours, ni même toutes les semaines… ça vous en bouche un coin hein ? Et puis le climat Breton est ainsi fait que les ondées marines finissent bien souvent par laisser place nette à un soleil radieux et ce pour tout le reste de la journée. Je peux vous citer un exemple très parlant : prenons la « pire » ville côtière de Bretagne, Brest, là-bas, complètement à l’ouest, et Biarritz, 600 kilomètres plus au sud et pour ainsi dire, à la frontière Espagnole. Et bien sachez que la pluviométrie moyenne en aout, sur la période de 2001 à 2008, est de 121,4 mm pour la station balnéaire Basque et « seulement » de 74,4 mm pour la métropole océane ! Quant à Lorient, dans le Morbihan, et donc sur le littoral sud de la Bretagne, on tombe à 55,6 mm… Donc oui, en Bretagne, on peut parfaitement profiter des joies de la plage !

 

Maintenant, parlons de la baignade. Pour le coup, c’est vrai que c’est un peu plus délicat car l’eau dépasse rarement les 18-19°… quoi que cet été, elle soit montée jusqu’à 22° du côté du Croisic, j’en suis l’heureux témoin !

Ce qui est certain, c’est que lors de mes premiers séjours, même si la tentation était grande, j’avais beaucoup de mal pour aller me baigner. Je me souviens notamment d’une fois, à Larmor-Plage, où j’essayais de convaincre ma chère et tendre de me rejoindre alors même que l’eau était si fraîche qu’elle m’en donnait des crampes aux pieds. C’était terrible ! A tel point que c’est moi qui est finit par rejoindre madame sur le sable…

Puis ma fille est née et rapidement, elle est devenue addicte à la plage : une véritable petite sirène ! Qu’elle que soit la température de l’eau, elle fonce et barbotte comme une folle. Donc forcément, comme il faut un adulte pour l’accompagner, je me suis dévoué ! C’est ainsi que j’ai appris qu’à cœur vaillant, rien d’impossible !!!

Et finalement, je peux vous le dire aujourd’hui : j’adore me baigner en Bretagne ! C’est tonique et revigorant : personnellement, je n’y vois plus que des vertus…

 Quelle plage choisir alors ? Plusieurs personnes me l’ont déjà demandé au travers de ce blog…

_ L’Ille-et-Vilaine est le département qui possède le plus petit littoral avec 110 kilomètres de côtes. Il propose néanmoins de grandes et belles plages, comme celle du Sillon à Saint-Malo ou d’autre plus sauvages comme celle de l’anse du Guesclin dont le fort fût le refuge du chanteur Léo Ferré et de son chimpanzé Pépée. Et puis il y a aussi la très chic ville de Dinard avec sa longue tradition des bains de mer qui remonte à 1858.

 _Viennent ensuite les Côtes d’Armor avec un rivage plus tourmenté où se nichent des plages cernées de falaises et de petites criques plus confidentielles. Ici, parmi les stations balnéaires les plus connues il y a Sable-d’Or-les-Pins, à quelques encablures du cap Fréhel, et Perros-Guirec, veillant sur la Côte de granit rose. On y trouve également l’étonnante plage Bonaparte dont l’accès se fait par un tunnel creusé à même le rocher et qui, durant la seconde Guerre Mondiale, fut un haut lieu de la Résistance puisque c’est ici que rembarquaient clandestinement les aviateurs alliés – au total, entre le 28 janvier et le 9 août 1944, ils furent 142 à fouler le sable de cette plage pour rentrer au pays… – dont les appareils avaient été abattus dans le ciel Français : le fameux réseau Shelburn.

 _ On enchaîne ensuite sur le Finistère avec un littoral encore plus ciselé et escarpé. Entre deux abers, le littoral nord présente de superbes étendues de sable, véritable royaume du char à voile et du grand galop à cheval. Plein ouest, la presqu’île de Crozon offre de petites merveilles dignes des calanques Marseillaises avec notamment la crique de l’île Vierge qui, en février 2016, fut désignée parmi les plus belles plages au monde par le quotidien britannique The Guardian. En redescendant le long du cap Sizun, on passe par l’interminable baie d’Audierne et la plage de la Torche, paradis des surfeurs. Puis direction la Riviera Bretonne et sa symphonie de bleu et de vert : Bénodet, Fouesnant et la Forêt-Fouesnant. Que du bonheur !!!

 

_ Après avoir franchit l’embouchure de la Laïta, on arrive dans le Morbihan, avec ses plages accortes à l’ambiance résolument familiale. Il y a bien sûr celle de Kerminihy, ses dunes et ses adeptes du naturisme, mais surtout de nombreux havres de paix lovés dans le golfe du Morbihan, mais pas que…  pour poser sa serviette, il y a aussi de ravissants petits coins blottis sous les pins du côté de la Trinité-sur-Mer et de Saint-Philibert.

Quant à mon coup de cœur, c’est la grande plage de Quiberon. Alors certains pourront lui reprocher sa localisation en ville mais quelle plage !!! Situé 14 kilomètres en mer, tout au bout de la presqu’île, c’est un croissant de 800 m de sable fin – vraiment tout doux pour les pieds et idéal pour construire de beaux châteaux – exposé plein sud, face à Belle-Île la bien nommée. Avec la proximité immédiate de Port-Maria, son activité de pêche et les Ro-Ro de la Compagnie Océane qui rythment le fil de la journée, on a le sentiment d’avoir un concentré de Bretagne à portée de main !

 

_ Enfin, par delà la Vilaine et le barrage d’Arzal, on arrive tranquillement en Loire-Atlantique avec là-encore, une alternance de zones dunaires bordées de vastes plages, comme celle de la Grande Falaise – qui est exactement l’inverse de ce que laisse présager son nom… – et de toutes petites criques tout juste accessibles à marée basse comme la plage du Guec avec ses carrelets suspendus. L’attraction locale est bien entendu la grande plage de La Baule qui, avec ses 9 kilomètres de développement, est considérée comme la plus longue d’Europe. En été, elle accueille quotidiennement entre 70 et 80.000 baigneurs, de quoi véritablement donner le tournis !!! Sans oublier la plage de Monsieur Hulot, décor du célèbre film de Jacques Tati, du côté de Saint-Marc-sur-Mer.

Et si tout simplement, comme le suggère le magazine Détours en France, les plus belles plages de France étaient en Bretagne ?

 Copyright © 2017-2019 – Arthur Le Roy / Le Cœur en Bretagne