Idée lecture : Répertoire historique des lutins de Bretagne

J’ai acheté ce bouquin l’année passée. Nous venions de passer une semaine par monts et par vaux en forêt de Brocéliande et, de passage devant une petite librairie de Concarneau, v’là-t’y pas que je découvre ce bel objet en vitrine…

Et forcément, lorsqu’on vient de passer une semaine en immersion dans une forêt aussi mythique, en compagnie de guides aussi passionnés qu’inspirés, le petit peuple, les fées et les korrigans, ça cause !!! Aussi, la découverte fortuite de ce livre fut pour moi l’occasion inespérée d’en découvrir d’avantage sur le sujet. C’est donc sans trop hésiter que j’acquerrais le précieux moyennant la somme sonnante et trébuchante de 25 €uros.

 

Alors que dire de ce livre ?

Que derrière une présentation flatteuse, faussement surannée pour être ton sur ton avec le sujet, se cachent de magnifiques illustrations crayonnées. Le trait de Stéphane Heurteau est plutôt bonhomme et nous présente tout le bestiaire Breton ; celui peuplant les monts, les forêts et les landes mais aussi celui des rivages et des grèves, ceci en 237 pages…

Si les dessins sont sympas, les textes sont comment dire ? Peut-être un peu plats et redondants pour certains. En fait l’ouvrage commence par une présentation générale de ces petits êtres, de leurs origines à leurs mœurs, en passant par leur habitat jusqu’à leur sociologie en passant par leur histoire. Le travail de Steven Jezo-Vannier est rigoureux. Il se base sur les récits populaires, ceux que l’on racontait lors des veillées au coin du feu, et la mémoire collective, celle qu’on tait parfois pour ne pas avoir l’air ridicule.

La seconde partie, quant à elle, s’attarde sur chaque espèce, sous forme de fiche technique et… disons que c’est là que ça se gâte ! Si certaines sont très complètes, riches en détail, d’autres sont plutôt laborieuses, manquent cruellement de contenu et nous laissent sur notre faim…

Il n’en demeure pas moins qu’au fil des pages, on découvre tour à tour, aux côtés des célèbres Korrigans, les Poulpicans, les Arragousets, les Houpoux, les Faux Singes (si, si, il semblerait que ça existe…), les Dud-Vor, les Coiffettes, les Jetins, les Kornikaned, les Teuz, les Pilous   où encore, je vous le donne Emile, les Fions... mais je vous rassure, il y a plein d’autres variétés aux noms exotiques, certaines belliqueuses et taciturnes, d’autres beaucoup plus amicales et facétieuses. En revanche toutes ont en commun d’être à l’origine de vos petits tracas du quotidien : un bébé inconsolable qui pleure à chaude larme, une porte qui grince, un volet qui claque, une branche qui cogne toute la nuit sur la toiture, vos clés de voitures qui se volatilisent, un clou dans le pneu, la chaussette qui disparait dans la machine à laver, la racine sur laquelle vous trébuchez ou une mauvaise récolte dans le jardin… c’est leur œuvre, leur raison d’être !!! En tout cas en Bretagne...

 

Bon, vous l’aurez compris, mon avis est quelque peu mitigé. Je trouve l’idée fort louable, le sujet original et plutôt enthousiasmant mais globalement mal exploité. Je ne pense pas relire ce bouquin de sitôt mais ce fût un très bon point de départ pour le néophyte que je suis. En attendant, je le garde sous le coude pour que mes enfants puissent le lire plus tard. Il ne fait nul doute que leurs âmes pures seront sûrement plus sensibles et surtout moins exigeantes que la mienne…

 Copyright © 2017-2019 – Arthur Le Roy / Le Cœur en Bretagne